Envsn Brevet d’Etat 1er degré haut niveau

« Ce blog est un travail réalisé dans le cadre de la formation au Brevet dEtat d’Educateur Sportif 1er degré Voile réservée aux sportifs de haut niveau à l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques. Il se construit sur l’année de formation et servira de ressource à l’évaluation terminale du stagiaire pour l’obtention du BEES1. ll doit s’attacher à décrire et analyser un aspect technique. Nous invitons les visiteurs à de l’indulgence et à des commentaires constructifs ». Contacts stephane.krause@jeunesse-sports.gouv.fr et olivier.lerouge@jeunesse-sports.gouv.fr


 

 


Je souhaite remercier:

Monsieur KRAUSE Stéphane et Monsieur LEROUGE Olivier

pour m’avoir accompagné tout au long de ma formation.

Monsieur BILLON Loïc

Monsieur MILLIERET Lucas

Monsieur JACOPIN Lionel

Monsieur DYEN  Manu

Monsieur DURAND Sébastien

Mademoiselle BAFFET Gaëlle

ET TOUTE L’EQUIPE DU CNVA

Exercice 5

Exercice 5

Objectif: Empanner sans tangon.

Organisation: Peut se faire aussi avec un ou plusieurs bateaux et 1 sifflet sonore pour avertir de l’empannage.

La consigne: Les coureurs empannent sans tangon et  réussissent à maintenir le spi gonflé pendant la rotation.

Repère de réussite: Avoir le spi gonflé pendant la rotation du bateau. La gestuelle entre le barreurs le spi et l’assiette est stable.

Repère d’échec: Le barreur empanne mais le spi n’a pas fait sa rotation normalement. Le spi se prend dans les l’étais. Une sortie trop haute,une gîte ou une contre gîte trop importante. Un oubli d’un barber par l’équipier.

L’importance de l’exercice: Le travail sans tangon permet au barreur de découvrir le spi en direct.

Niveau de l’exercice: Niveau débutant au niveau perfectionnement, si le vent monte plus le niveau est élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: Sur l’action du barreur par rapport à la rotation du spi, aussi le border et débrassage du spi.

Exercice 4

Exercice 4:  » A l’aveugle »

Objectif: Travailler la trajectoire et  la mise en place de la personne portant le bandeau.

Organisation: Peut se faire avec un ou plusieurs bateaux et 1 sifflet sonore pour avertir de l’empannage.

La consigne: Un bandeau pour le barreur/équipier. Celui qui n’a pas de bandeau lui sert de guide. Le bandé est à la recherche de sensation. L’entraîneur émet un signal sonore assez espacé donnant l’ordre d’empanner, il regardera l’angulation de la barre de la bascule et la rotation du spi.

Repère de réussite: Le barreur et l’équipier doivent ressentir des sensations. Le bateau doit rapidement retrouver sa vitesse maximum.

Repère d’échec: Le barreur tente de changer de coté alors qu’il est  loin de l’axe du vent. Le bateau dessale suite à une sortie trop importante. L’équipier n’arrive pas à décrocher son tangon.

L’importance de l’exercice: Le  travail sur la trajectoire sans repère visuel va développer des sensations: de vitesse, la sortie d’empannage en fonction du vent. Le mécanisme de transmission entre le cerveau et la coordination des mouvements sera plus precise ainsi les ajustements de la barre ou du spi se feront plus rapidement et instinctivement.

Niveau de l’exercice: Tout niveau peut se confier à cet exercice. Plus le vent est fort plus le niveau sera élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: La conduite générale: abatter, relance, la continuité de la manœuvre. Sur la rotation du spi, sur l’assiette du bateau et les mouvements des deux équipages.

Exercice 3

Exercice 3

Objectif: Chat souris version 3 . L’exercice est sous parcours avec une bouée sous le vent. Le chat doit arriver avant les souris à la bouée d’arrivée.

Organisation: Mise en place très simple, conditions de vent idéales 2 à 4 . Exercice très utile par vent faible et fort .

La consigne: Le chat doit absolument arriver avant les souris à la bouée sous le vent. Le chat au vent empanne quand il veut. Les souris doivent empanner dès que le chat empanne sans sortir du cadre.

Repère de réussite: Le chat et les souris ne doivent pas sortir du cadre. Le chat doit  les mettre en difficultés pour pouvoir leur passer devant.

L’importance de l’exercice: Le chat doit s’appliquer sur sa stratégie/tactique donc utiliser ses repères visuels (risées,layline,bouée,concurrent…).

Niveau de l’exercice: Les coureurs doivent savoir conduire au portant , savoir s’identifier sur le parcours laylines bord rapprochant. Plus les conditions de vent et de mer sont fortes, plus le niveau des coureurs pour réaliser l’exercice doit être élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: Les phases de contact des bateaux (tactique) ainsi sur les choix stratégiques des coureurs (bord rapprochant, layline etc…), sur les empannages, la continuité de la manœuvre du barreur (s’il sort trop haut ou trop bas).

Exercice 2

Exerxice 2

Objectifs : Empanner en réponse à un signal visuel, l’adversaire au vent , conduire son bateau efficacement et être attentif à ce qui se passe dernière.

Organisation : Mise en place très simple , conditions vent idéales 2 à 4  mais exercice également très utile par vent faible et fort.

La consigne: Le chat au vent empanne quand il veut. Les souris doivent empanner dés que le chat à empanner.

Repères de réussite : Les souris doivent réussir à contrôler et garder leurs  positions sur son adversaire qui est le bateau chat. Les souris doivent pas se faire rattraper.

L’important sur cet exercice : Le bateau chat doit s’appliquer sur son travail, des mouvements à bord du bateau et de la coordination de l’équipage. Le bateau chat doit avoir un temps d’avance sur les bateaux (souris) pour les mettre en difficultés et de pouvoir passer devant.

Les bateaux souris ont un rôle très important sur l’observation extérieur dont sur la bateau chat.

Niveau de l’exercice : Les coureurs doivent savoir conduire au portant. Plus les conditions de vent et de mer sont fortes plus le niveau des coureurs pour réaliser l’exercice doit être élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: les équipages pour peaufiner les actions du barreur et de l’équipier ainsi que sur leur coordination par rapport au point d’empannage.

Conseils  : Pour pouvoir juger de l’efficacité de l’empannage, demander au chat d’enchainé rapidement les empannages pour que la conduite ne devienne pas l’élément principal de la performance.

Exercice 1

Exercice 1

Matériels : 1 sifflet , 1 bateau moteur , une caméra vidéo (vous pouvez aussi le faire seul)

Objectif : L’exercice consiste à faire des empannages sur les moments où l’entraineur sifflera .

L’avantage de cet exercice :L’avantage de cet exercice est que l’entraineur peut-être derrière ses coureurs, tout en lui permettant de mieux observer et d’effectuer ses interventions.

La meilleure vue est à l’arrière du bateau pour évaluer ses coureurs.

L’observateur,  placé derrière le 470 va pouvoir visualiser, analyser les erreurs,  la coordination de l’équipage et leurs mouvements dans le bateau.

Mise en place :

  • Je conseillerais de mouiller un parcours avec une bouée au vent d’où l’exercice débuterait, et une bouée sous le vent où il prendrait fin. Sinon de partir sur un grand vent arrière pour avoir du champs libre.
  • Les bateaux peuvent partir ensemble pour simuler une flotte de régate.Le bateau déclenche l’empannage quand il entendra le coup de sifflet de l’entraineur.
  • Être attentif:

L’entraineur observera:

  • L’action mise du barreur et de l’équipier.
  • Le positionnement et la coordination de l’équipage.
  • La préparation
  • Le déclenchement
  • Les voiles
  • La sortie d’empannage

Les critères de réussite :

  • Il réussit à garder le spi gonflé.
  • Le barreur ne donne pas de coup barre pendant la manœuvre.
  • Que l’équipier a bien relâché ou pris du barbeur.

Critères d’échec :

  • Le barreur va trop vite par rapport à son équipier.
  • Le barreur veut faire passer sa Grand-Voile alors qu’il est encore loin de l’axe du vent.Le barreur cherche à trop brasser son spi ou pas assez. (spi trop blinder)
  • Équipier trop lent pendant l’empannage.
  • Dérive trop haute pour éviter que le hale-bas reste coincé.
  • L’exercice peut-être difficile dans des conditions extrêmes.

Etirement

1 bonnes raisons de s’étirer

Augmenter sa force de réaction

Prenez un élastique et étirez-le! Puis relâchez un bout et vous obtiendrez une force que vous recevez dans les doigts. Étirez-le de nouveau au maximum. Relâchez un bout et vous obtiendrez une force bien plus grande que la première force. En conclusion, plus la souplesse de l’élastique est importante, plus la force de réaction est élevée ; vous pouvez appliquer ce raisonnement au muscle qui est en quelque sorte un élastique vivant. Cet exemple permet de comprendre l’importance de la souplesse d’un muscle effectuant le mouvement.