Envsn Brevet d’Etat 1er degré haut niveau

« Ce blog est un travail réalisé dans le cadre de la formation au Brevet dEtat d’Educateur Sportif 1er degré Voile réservée aux sportifs de haut niveau à l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques. Il se construit sur l’année de formation et servira de ressource à l’évaluation terminale du stagiaire pour l’obtention du BEES1. ll doit s’attacher à décrire et analyser un aspect technique. Nous invitons les visiteurs à de l’indulgence et à des commentaires constructifs ». Contacts stephane.krause@jeunesse-sports.gouv.fr et olivier.lerouge@jeunesse-sports.gouv.fr


 

 


Je souhaite remercier:

Monsieur KRAUSE Stéphane et Monsieur LEROUGE Olivier

pour m’avoir accompagné tout au long de ma formation.

Monsieur BILLON Loïc

Monsieur MILLIERET Lucas

Monsieur JACOPIN Lionel

Monsieur DYEN  Manu

Monsieur DURAND Sébastien

Mademoiselle BAFFET Gaëlle

ET TOUTE L’EQUIPE DU CNVA

Exercice 5

Exercice 5

Objectif: Empanner sans tangon.

Organisation: Peut se faire aussi avec un ou plusieurs bateaux et 1 sifflet sonore pour avertir de l’empannage.

La consigne: Les coureurs empannent sans tangon et  réussissent à maintenir le spi gonflé pendant la rotation.

Repère de réussite: Avoir le spi gonflé pendant la rotation du bateau. La gestuelle entre le barreurs le spi et l’assiette est stable.

Repère d’échec: Le barreur empanne mais le spi n’a pas fait sa rotation normalement. Le spi se prend dans les l’étais. Une sortie trop haute,une gîte ou une contre gîte trop importante. Un oubli d’un barber par l’équipier.

L’importance de l’exercice: Le travail sans tangon permet au barreur de découvrir le spi en direct.

Niveau de l’exercice: Niveau débutant au niveau perfectionnement, si le vent monte plus le niveau est élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: Sur l’action du barreur par rapport à la rotation du spi, aussi le border et débrassage du spi.

Exercice 4

Exercice 4:  » A l’aveugle »

Objectif: Travailler la trajectoire et  la mise en place de la personne portant le bandeau.

Organisation: Peut se faire avec un ou plusieurs bateaux et 1 sifflet sonore pour avertir de l’empannage.

La consigne: Un bandeau pour le barreur/équipier. Celui qui n’a pas de bandeau lui sert de guide. Le bandé est à la recherche de sensation. L’entraîneur émet un signal sonore assez espacé donnant l’ordre d’empanner, il regardera l’angulation de la barre de la bascule et la rotation du spi.

Repère de réussite: Le barreur et l’équipier doivent ressentir des sensations. Le bateau doit rapidement retrouver sa vitesse maximum.

Repère d’échec: Le barreur tente de changer de coté alors qu’il est  loin de l’axe du vent. Le bateau dessale suite à une sortie trop importante. L’équipier n’arrive pas à décrocher son tangon.

L’importance de l’exercice: Le  travail sur la trajectoire sans repère visuel va développer des sensations: de vitesse, la sortie d’empannage en fonction du vent. Le mécanisme de transmission entre le cerveau et la coordination des mouvements sera plus precise ainsi les ajustements de la barre ou du spi se feront plus rapidement et instinctivement.

Niveau de l’exercice: Tout niveau peut se confier à cet exercice. Plus le vent est fort plus le niveau sera élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: La conduite générale: abatter, relance, la continuité de la manœuvre. Sur la rotation du spi, sur l’assiette du bateau et les mouvements des deux équipages.

Exercice 3

Exercice 3

Objectif: Chat souris version 3 . L’exercice est sous parcours avec une bouée sous le vent. Le chat doit arriver avant les souris à la bouée d’arrivée.

Organisation: Mise en place très simple, conditions de vent idéales 2 à 4 . Exercice très utile par vent faible et fort .

La consigne: Le chat doit absolument arriver avant les souris à la bouée sous le vent. Le chat au vent empanne quand il veut. Les souris doivent empanner dès que le chat empanne sans sortir du cadre.

Repère de réussite: Le chat et les souris ne doivent pas sortir du cadre. Le chat doit  les mettre en difficultés pour pouvoir leur passer devant.

L’importance de l’exercice: Le chat doit s’appliquer sur sa stratégie/tactique donc utiliser ses repères visuels (risées,layline,bouée,concurrent…).

Niveau de l’exercice: Les coureurs doivent savoir conduire au portant , savoir s’identifier sur le parcours laylines bord rapprochant. Plus les conditions de vent et de mer sont fortes, plus le niveau des coureurs pour réaliser l’exercice doit être élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: Les phases de contact des bateaux (tactique) ainsi sur les choix stratégiques des coureurs (bord rapprochant, layline etc…), sur les empannages, la continuité de la manœuvre du barreur (s’il sort trop haut ou trop bas).

Exercice 2

Exerxice 2

Objectifs : Empanner en réponse à un signal visuel, l’adversaire au vent , conduire son bateau efficacement et être attentif à ce qui se passe dernière.

Organisation : Mise en place très simple , conditions vent idéales 2 à 4  mais exercice également très utile par vent faible et fort.

La consigne: Le chat au vent empanne quand il veut. Les souris doivent empanner dés que le chat à empanner.

Repères de réussite : Les souris doivent réussir à contrôler et garder leurs  positions sur son adversaire qui est le bateau chat. Les souris doivent pas se faire rattraper.

L’important sur cet exercice : Le bateau chat doit s’appliquer sur son travail, des mouvements à bord du bateau et de la coordination de l’équipage. Le bateau chat doit avoir un temps d’avance sur les bateaux (souris) pour les mettre en difficultés et de pouvoir passer devant.

Les bateaux souris ont un rôle très important sur l’observation extérieur dont sur la bateau chat.

Niveau de l’exercice : Les coureurs doivent savoir conduire au portant. Plus les conditions de vent et de mer sont fortes plus le niveau des coureurs pour réaliser l’exercice doit être élevé.

L’entraineur pourra intervenir principalement sur: les équipages pour peaufiner les actions du barreur et de l’équipier ainsi que sur leur coordination par rapport au point d’empannage.

Conseils  : Pour pouvoir juger de l’efficacité de l’empannage, demander au chat d’enchainé rapidement les empannages pour que la conduite ne devienne pas l’élément principal de la performance.

Exercice 1

Exercice 1

Matériels : 1 sifflet , 1 bateau moteur , une caméra vidéo (vous pouvez aussi le faire seul)

Objectif : L’exercice consiste à faire des empannages sur les moments où l’entraineur sifflera .

L’avantage de cet exercice :L’avantage de cet exercice est que l’entraineur peut-être derrière ses coureurs, tout en lui permettant de mieux observer et d’effectuer ses interventions.

La meilleure vue est à l’arrière du bateau pour évaluer ses coureurs.

L’observateur,  placé derrière le 470 va pouvoir visualiser, analyser les erreurs,  la coordination de l’équipage et leurs mouvements dans le bateau.

Mise en place :

  • Je conseillerais de mouiller un parcours avec une bouée au vent d’où l’exercice débuterait, et une bouée sous le vent où il prendrait fin. Sinon de partir sur un grand vent arrière pour avoir du champs libre.
  • Les bateaux peuvent partir ensemble pour simuler une flotte de régate.Le bateau déclenche l’empannage quand il entendra le coup de sifflet de l’entraineur.
  • Être attentif:

L’entraineur observera:

  • L’action mise du barreur et de l’équipier.
  • Le positionnement et la coordination de l’équipage.
  • La préparation
  • Le déclenchement
  • Les voiles
  • La sortie d’empannage

Les critères de réussite :

  • Il réussit à garder le spi gonflé.
  • Le barreur ne donne pas de coup barre pendant la manœuvre.
  • Que l’équipier a bien relâché ou pris du barbeur.

Critères d’échec :

  • Le barreur va trop vite par rapport à son équipier.
  • Le barreur veut faire passer sa Grand-Voile alors qu’il est encore loin de l’axe du vent.Le barreur cherche à trop brasser son spi ou pas assez. (spi trop blinder)
  • Équipier trop lent pendant l’empannage.
  • Dérive trop haute pour éviter que le hale-bas reste coincé.
  • L’exercice peut-être difficile dans des conditions extrêmes.

Etirement

1 bonnes raisons de s’étirer

Augmenter sa force de réaction

Prenez un élastique et étirez-le! Puis relâchez un bout et vous obtiendrez une force que vous recevez dans les doigts. Étirez-le de nouveau au maximum. Relâchez un bout et vous obtiendrez une force bien plus grande que la première force. En conclusion, plus la souplesse de l’élastique est importante, plus la force de réaction est élevée ; vous pouvez appliquer ce raisonnement au muscle qui est en quelque sorte un élastique vivant. Cet exemple permet de comprendre l’importance de la souplesse d’un muscle effectuant le mouvement.

Physiologie

  • GROUPES MUSCULAIRES TRAVAILLANT LE PLUS  EN REGULATION EN 470

Les principaux muscles sollicités lors de la régulation sont :

– Le groupe musculaire des bras , avant-bras

– Le groupe musculaire des épaules

  1. BICEPS

biceps-brachial– Le biceps se compose principalement du biceps brachial et  du brachial antérieur .

-Le biceps agit dans la flexion de l’avant-bras.

  • Fonction : Ce muscle joue plusieurs rôles, la flexion de l’avant-bras et la rotation de la paume de main (supination).

2- AVANT- BRAS

Avant-bras– L’avant-bras comporte plusieurs muscles,  les principaux sont: le supinateur, le radial, le cubital et d’autres encore…

Une partie des muscles de l’avant bras a pour action la mobilité du poignet et de la main.

D’autres muscles participent (long supinateur) avec le biceps et le triceps au mouvement de l’avant bras.

Le supinateur est un muscle long qui descend le long de l’avant-bras et se terminant sur l’os de l’avant-bras.

  • Fonction : Il assure la flexion du coude.

3- L’EPAULE DELTOIDE

epaule-deltoide

Le deltoïde se compose de trois muscles : l’antérieur, le moyen et le postérieur.

  • Fonction : L’action du deltoïde permet la rotation du bras dans trois directions.

4- L’EPAULE DORSAL

epaule-grand-dorsal1

-Large muscle du dos

  • La fonction du dorsal et des muscles du dos est de supporter les mouvements arrières des bras et de la colonne vertébrale.

5- LE GRAND ROND

epaule-grand-rond

– Il part de la région postérieure de l’omoplate et vient s’insérer sur l’os avant.

  • Fonction : Il assure l’adduction et la rotation interne du bras , l’élévation du moignon de l’épaule et porte aussi le bras vers le thorax.

Le muscle direct sur la régulation en 470

– Biceps brachial , Grand dorsal , Grand rond , Deltoïde , l’avant-bras (supinateur).

L’échauffement avant la pratique (à terre)


  1. préparer le corps à la performance

Pour mon échauffement à terre,  je vise à la fois à la mobilisation de l’appareil musculaire et à l’amélioration de la souplesse en particulier l’articulation générale (bras, dos, genou).

  • J’insiste davantage sur la spécificité flexion/extension.
  • J’utilise certains étirements simples qui me permettent de chauffer le muscle comme:

L’ étirement des épaules :

etirement_bras_1

– J’attrape le coude que je fais passer le haut de mon  bras derrière la tête. J’appuie doucement sur le coude pour étirer les muscles deltoïdes.

  • L’étirement du coude et de l’avant-bras :

etirement_avant_bras

– Je tend  mon bras devant moi, puis je tire sur les doigts et le poignet avec l’autre main, en les amenant vers l’arrière, afin que la tension s’exerce sur le muscle fléchisseur jusqu’au coude.

    • L’étirement du mollet :

molletsL’étirement des mollets était très important car je souffrais souvent de crampes pendant les navs.

  • L’étirement de la cuisse et des quadriceps :

quadrisPour le rappel :

Tenez-vous droit et repliez une jambe par-derrière. Attrapez la cheville puis, ensuite, maintenez-la dans cette position et poussez légèrement vos hanches en avant.

http://www.volodalen.com/25etirements/etirements3.htm

L’échauffement sur l’eau

Je travaille beaucoup sur des manœuvres intenses pour permettre aux muscles de réagir et de se familiariser aux conditions météorologiques.

Je travaille aussi sur la rotation des bras en avant-arrière, puis j’accélère progressivement pendant une trentaine de secondes debout dans le bateau.

Aussi, l’échauffement est essentiel à la bonne tenue d’une séance d’entraînement, il permet au coureur de se préparer physiquement et mentalement.

QUELQUES EXEMPLES :

EXO 1 : Varier la distance de rotation par rapport au bateau ou inverser le sens de rotation.

EXO 2 : Placer une bouée, tourner autour, en modifiant la distance, de plus en plus proche = plus actif, inverser le sens de rotation, permet de varier les allures donc la conduite, la position et les réglages.

EXO 3 : Objectif à atteindre par les coureurs qui doivent s’en rapprocher au maximum du zodiac. Varier la vitesse, les allures. Permet de créer du contact et donc de faire rentrer en jeu les règles de course.

EXO 4 : Départ au lièvre du zodiac, le lièvre étant le capitaine, une fois qu’il a viré sur la même allure que les autres, il peut virer ou exécuter les manoeuvres qu’il souhaite (empannage, pénalité, marche arrière, abattée…). Les autres devant l’imiter.

EXO 5 : Tous les coureurs partent à égaliter (arrêtés sur la même perpendiculaire au vent), ils sont tous capitaine et donc peuvent virer quand ils veulent, les autres devant suivre les prises d’initiatives. (très intense, double virement…). Cet exerice peut pousser à bout mentalement un coureur dépassé par les événements.

EXO 6 : Mouiller une banane près/vent-arrière, à chaque tour augmenter d’un, la ou les manoeuvres demandées (virement/empannage, 360/720, marche arrière…). Cette exercice peut se faire suite à un départ au lièvre ou en décalé dès que le coureur arrive sur zone.

EXO 7 : Mouiller une banane près/vent arrière, départ au lièvre, 2 tours par thèmes :
Thème 1 : Technique, enchainer les virements au près et les empannages au vent arrière.
Thème 2 : vitesse, se centrer sur soi et sa vitesse.
Thème 3 : tactique, marquage/démarquage, attaque/défense
A chaque fin de thème le dernier fait lièvre sans s’arrêter pour donner du rythme.

EXO 8 : Mouiller un parcours triangle, suite au départ au lièvre, le premier à chaque marque effectue un 360°. Cela permet d’enchainer des manoeuvres et surtout la place dans le groupe donc le jeu tactique.

EXO 9 : Mouiller un parcours triangle avec la bouée de largue côté droit. Bouée au vent, passage classique à tribord, impose une abattée et un empannage.
Bouée de largue, empannage
Bouée sous le vent laissée à babord, impose un empannage et une auloffée pour repartir au près babord amûre.

EXO 10 :Une banane avec trois bouée dans l’axe et une bouée décalée à droite pour former un 4( à l’envers), un grand près, un petit vent arrière, un petit prés, encore un petit vent arrière puis un travers bâbord amûre et enfin une descente sur la fausse panne en bâbord  toujours vers la bouée sous le vent.

les aides à la récupération.

  • L’étirement
  • La respiration
  • L’hydratation
  • L’alimentation
  1. Pour bien récupérer aprés des efforts intenses il faut une bonne alimentation et surtout réhydrater correctement son corps afin d’éliminer toutes les toxines que nous avons fabriquées. Boire beaucoup et le gage d’une récupération réussie,mais l’eau n’est pas suffisante,il faut un apport supplémentaire en glucides,éléctrolytes essentiels,calcium,magnésium et vitamines B est une boisson isotonique qui vous apportera toutes satisfactions.

Eviter des crampes,ou d’être hs aprés un gros effort  physique ou une compétition.

  • La réhydratation

    Le plus important est sans doute la réhydratation, elle doit se faire juste après le passage de la ligne d’arrivée. En effet, l’exercice physique, par le biais de la transpiration et de la respiration augmentée, accroît votre perte hydrique.
    L’eau est indispensable pour le bon fonctionnement de la cellule mais aussi pour de nombreuses réactions énergétiques. C’est pour cela qu’une perte de 2 % d’eau entraîne une baisse de 20 % de votre rendement musculaire.
    Il est alors important de boire dès l’arrêt de votre effort une eau à température ambiante. Une eau trop fraîche n’est pas la solution car la sensation de « réhydratation » apparaît alors plus rapidement et votre apport ne peut pas forcément combler votre besoin.
    De plus, une eau à température ambiante sera plus rapidement disponible pour votre corps. Pour que l’eau parvienne dans votre intestin elle doit se trouver à température de l’organisme, plus elle est froide et plus elle demande un travail de réchauffement à votre estomac.

    Cette dernière doit être consommée au cours de vos étirements. Aprés ou entre  les manches ont ce forcaient a boire AU MOINS 70cl d’eau à 2 à chaque fois.

  • L’alimentation

Cette alimentation a pour but d’éviter au sportif l’hypoglycémie : le risque de manque de sucre dans le sang, c’est l’hypoglycémie : les symptômes sont une sensation de malaise et une faim intense.
En dehors de la consommation de sucre, l’organisme va perdre au cours de l’effort de l’eau et des électrolytes (sel, potassium), cette perte est responsable d’un certain degré de déshydratation et de crampes.
Enfin des résidus de la consommation énergétique des muscles vont s’accumuler (acide lactique, azote) et provoquer après l’effort crampes et douleurs musculaires.

  1. Quelques astuces pour avoir une bonne hygiene de vie sur l’eau.

Liquides <<< Boisson sucrée ou salée (eau gazeuse) idéale pour tamponner l’acidité lié à l’effort.

Glucides <<< Fruit ou jus de fruit, pain, barre céreale, pâtes de fruit, fruit secs, compote…

Proteines <<< En même temps que les glucides : lait, yaourt, fromage, oeuf…

rique

Video

Voici une petite video d’empannage à la rochelle  par Pierre Leboucher/Vincent Garos et de Alexandre Pallu/Ameryc Chapellier

Conseil

Questions à poser aux entraîneurs:

-Quelles sont les meilleures conditions pour pratiquer mon empannage?
-Quels exercices me proposes- tu pour réussir mon empannage?
-A quel moment je déclenche mon empannage (repère,visuel)?
-A quel moment sais-je si je passe à l’empannage petit temps ou gros temps?
-Que regardes tu en priorité pour évaluer un empannage?

Question à poser aux experts:

-Comment êtes vous arrivés à être efficace sur les empannages?
-Comment les rôles sont-ils répartis à bord et quelles manière utilisez vous?
-Sur quels points faut- il se focaliser pour faire un empannage?
-Quels moyens me proposez vous pour améliorer la communication pour faire un bon empannage?

 

 

Questions à poser aux pratiquants:

-Quels sont pour vous los critères de réussite pour faire un bon empannage?
-Comment appréhendes- tu l’empannage par vent fort?
-Avez-vous la même communication dans le petit temps et le gros temps?
-Essaies- tu de réaliser toujours le même empannage?
-Quelle est ta priorité pour réussir la manoeuvre?
-La communication est-elle efficace sur le début et la fin de la manoeuvre?
-Qu’attends- tu de ton équipier ou de ton barreur?